ELEVAGE - CONSEILS DU LAPIN FAUVE DE BOURGOGNE


  - l'élevage en clapier  

  - comment constituer l'élevage

  - confectionner une boite à nids         

  - exemple d’élevage en lignée         

  - le tatouage

  - les vaccinations

  - les oreilles du lapin

  - la Litière Biosuper       


 

  L’élevage

 

 

 Le clapier  :

1 - Conception

   Chaque éleveur peu le concevoir suivant ses moyens :

  • En bois avec des caisses de récupération à condition qu’elles soient montées sous abri
  • Cases en ciment d’occasion ou neuves; grille ou grillage sur toute la face avant.

 

2 - Orientation :

Si les cases sont montées sous un hangar ou une grange peu importe l’orientation, l’essentiel réside à ce que le local soit bien aéré, sans courant d’air.

Si le bâtiment d’abri n’existe pas, orienter pour que le dos des cages soit tourné vers les vents et pluies dominants. Soit en général face avant grillagée vers l’est ou nord-est ; pour l’été vers le soleil levant. Prévoir un toit avec une avancée de 1m à 1m50 environ. Le lapin résiste très mal à la chaleur. Il est souhaitable que le clapier soit le plus ombragé possible pour l’été surtout l’après-midi.

 

3 - Dimensions des cases :

Le Fauve de Bourgogne étant un lapin de race moyenne par conséquent ;

pour les femelles reproductrices ou bande de 8 lapereaux :

-cases de L = de 80 à 1m ; Profondeur = 60cm ; Hauteur = de 50 à 70 cm

Pour un lapin seul :

-cases de 60x60 suffisent.

 

4 - Râteliers, Abreuvoirs :

  L’installation de râtelier pour la distribution du fourrage et de mangeoires trémies pour les aliments est conseillée. Sinon des bacs à l’intérieur du clapier peuvent servir pour l’aliment (le lapin mange surtout la nuit donc, il sera préférable de distribuer la nourriture le soir et une petite poignée de foin de façon à ce qu’il y ait le moins de reste et de souillures possible.

 

L’eau sera apportée soit par une installation automatique. Soit par des abreuvoirs accrochés à la porte avec une bouteille renversée (glou glou) par exemple qui sont faciles à nettoyer. Éviter les récipients à l’intérieur du clapier, les lapins les renversent et souillent la litière.

 

5 - Litière :

La litière sera effectuée avec de préférence de la paille de blé. La paille d’avoine à moins que l’éleveur la récolte lui-même, est souvent moisie à l’intérieur des bottes; c’est nocif pour le lapin. La paille d’orge est peu absorbante. L’utilisation de litière " BIOSUPER confort +" (on la trouve dans   les coopératives agricoles qui vendent des aliments bovins, ovins chevaux ,volailles, lapins) sous forme de poudre est fortement recommandée afin de neutraliser les odeurs d’ammoniaque : une petite poignée répandue après nettoyage de la case et sur les déjections avant un rajout de paille entre deux nettoyages neutralise les émanations.

 

RESUME D’UN BON CLAPIER :

 

ABRITE : sous un hangar ou muni d’un auvent (1m50 environ)

ORIENTE : face soleil levant

ISOTHERME : ni trop froid, et surtout pas trop chaud (ombragé l’été)

PORTES : amovibles sur toute la façade de la case voire avec trémies mangeoires et éventuellement,

                  râteliers abreuvoirs

DESINFECTE : à chaque changement de saison ; flamber au chalumeau

 

 

COMMENT CONSTITUER L’ELEVAGE

 

Se procurer de bons reproducteurs : Facile à dire, pas facile à réaliser.

L'Association joue un grand rôle dans ce domaine puisqu’elle regroupe des éleveurs possédant d’excellentes souches de Fauve de Bourgogne. La fréquentation des expositions et plus particulièrement le championnat de France du Fauve de Bourgogne est une excellente chose pour l’éleveur. Dans un tel contexte il a la possibilité d’échanger divers propos sur l’élevage, de se faire conseiller sur l’orientation sélective et d’investir sur des reproducteurs de bonne qualité à des prix tout à fait abordables (une fourchette entre 35 et 50 euros).

Vous devez choisir des sujets, se rapprochant le plus possible du standard décrit sur ce site.

Pour débuter, acquérir un mâle et deux femelles non consanguines. Puis travailler en lignées suivant le schéma ci-après.

 

                     Exemple d’élevage en lignée : une double lignée paternelle A et deux lignées maternelles B et C

                                          (article dans le bulletin "lapins & lapereaux" de juin 2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REPRODUCTION

 Age de la reproduction : Sachez patienter

Il est pratiquement possible de faire reproduire les races précoces à 6 mois mais bien qu’il en fasse partie, il est préférable pour le Fauve de Bourgogne d’attendre 7 mois pour les femelles et 9 mois pour les mâles. Les jeunes seront plus beaux et surtout plus résistants.

 

Chaleurs : unéleveurs doit être bon observateur

La lapine n’a de chances d’être bien fécondée que si elle est mise au mâle au cours de ses chaleurs.

Mais comment peut on reconnaître qu’une lapine est en chaleur ? Vous savez qu’à l’état normal, les lapins au repos sont en « boule », les membres antérieurs allongés, les membres postérieurs sous le corps, le dos voussé. Pendant les chaleurs, au contraire, la lapine est allongée dans sa cage, avec l’arrière-train relevé.

 

Provocation des chaleurs : utiliser l’odorat des lapines

La lapine possède une physiologie tout à fait particulière de son appareil génital.

C’est le contact avec le mâle qui déclenche l’ovulation. Aussi lorsque la lapine mise en contact avec le mâle se défend vigoureusement et se refuse à l’accepter, il est nécessaire de provoquer les chaleurs. Souvent le fait de mettre la lapine pendant quelques heures dans la case d’un mâle que l’on met provisoirement dans une case d’attente. L’odeur suffit. On obtient parfois le même résultat en apportant dans la cage de la femelle une poignée de litière prise dans la case d’un mâle. 24 heures à 48 heures après, la femelle est prête à recevoir le mâle.

L’action du mâle sur la femelle n’est nette et totale que lorsque toutes les conditions sont réunies, c'est-à-dire lorsque la femelle et le mâle ne souffrent pas d’une carence alimentaire, d’un parasitisme, d’une infection, ou lorsque les conditions d’ambiance, ne réent pas de peur, de craint, d’affolement, qui nuisent à l’équilibre nerveux nécessaire au fonctionnement normal des glandes endocrines pourvoyeuses d’hormones.

Il ne faut pas de sujets sous- alimentés et maigres ou suralimentés et trop gras.

 

Lieu de la saillie : honneur au sexe fort

La saillie doit toujours avoir lieu dans la case du mâle. Dans le cas contraire le mâle perd ses repères et semble désorienté.

   

Heure de la saillie : le matin ou le soir

Les lapins dorment le jour et sont actifs la nuit, c’est donc à la tombée du jour, que vous mettrez le plus utilement en contact mâle et femelle pour obtenir un bon résultat. Le matin au lever du jour convient également.

 

Constatation de la saillie :

Il faut assister à la saillie ; si la femelle est en chaleur, cela dure quelques minutes sinon, retirer la femelle et la représenter à un autre moment.

La durée de l’accouplement est fort courte. On reconnaît qu’elle est terminée en ce que le mâle pousse un petit cri caractéristique et qu’il se laisse tomber sur le côté.

Une seule saillie suffit. Par principe, vous retirez la femelle quelques minutes et vous provoquez un deuxième accouplement.

 

Mieux vaut faire saillir le mâle une seule fois par jour et lui donner une femelle tous les jours.

 

Constatation de la fécondation :

Lorsqu’elle est pleine, la femelle se met en boule ; quand on la caresse sur le dos, elle prend une attitude qu’elle a lorsqu’elle veut se défendre du mâle. En principe la femelle fécondée, environ huit jours après l’accouplement, bouleverse sa litière, son appétit augmente.

 

Durée de la gestation : 30 jours environ

Nombre annuel de gestations : en moyenne 4

 

                                                                                                                                                                 

 

Références Bibliographiques: G. LISSOT

 

 

                                 COMMENT REALISE DES BOITES A NIDS  

                                      (article dans le Bulletin "lapins & lapereaux" de février 2006)

 

 


Le tatouage

 

Dans le cadre de la mise en place de la nouvelle identification des lapins au 01 janvier 2014,

  veuillez prendre note du code association attribué au C.F.E.L.F.B. (Club Français des Eleveurs de Lapins Fauve de Bourgogne) : CF pour les cartes d'origine vendues par le Club <ici>

A partir du 1er janvier 2014

- changement d'appellation des certificats d'identification par Carte d'Origine

- nouveau mode de tatouage

 

Document FFC

Identification des lapins par tatouage

Validée le 12 janvier 2013 par le Conseil d'Administration de la Fédération Française de Cuniculiculture

Officialisée le 12 janvier 2013 par la Société Centrale d'Aviculture de France

Déposée en mai 2013 auprès de l'Entente Européenne d'Aviculture et de Cuniculture

Applicable sur l'ensemble du territoire français à partir du 01 janvier 2014

 

Oreille gauche  exemple 1CF4 sans espaces entre chiffres et lettres

Le trimestre      Code association (CFELFB)      Millésime de l'année

         1                                        CF                                   4

Le trimestre :

1 pour les mois de naissance Janvier, Février et Mars.

2 pour les mois de naissance Avril, Mai et Juin

3 pour les mois de naissance Juillet, Août et Septembre

4 pour les mois de naissance Octobre, Novembre et Décembre

 

Code association :

formé de deux lettres.

La première lettre désigne la région

La seconde lettre repère l'association

Pour les Clubs de races nationaux officiels qui le souhaiteront, la F.F.C.

leur attribuera un code association spécifique de deux lettres. CF pour le Club Français des Eleveurs de Lapins Fauve de Bourgogne

 

Millésime de l'année :

3 pour 2013 - 4 pour 2014 - 5 pour 2015 …..... 0 pour 2020

Dans tous les cas, cette construction se compose de 4 caractères.

La gestion des codes « Régions-Associations » est pris en charge par la F.F.C.

 

Oreille droite

Un numéro d'ordre alphanumérique Exemple GP629 (sans espaces)

Ces numéros sont distribués annuellement par la F.F.C à partir de documents « carte d'origine ». Le code

alphanumérique précisé sur la « carte d'origine » est à usage unique et doit être tatoué dans l'oreille droite

du lapin. Ce code est au maximum de 5 caractères.

Ces « cartes d'origine » sont millésimées. Elles ne peuvent être utilisées que pour l'année en cours.

 

Les informations suivantes sont à consigner sur la « carte d'origine » :

Race – Variété – Sexe – Date de naissance

Identification de la mère – Identification du père

Nom et adresse de l'éleveur / naisseur

Un emplacement est réservé pour reporter ou perforer le tatouage de l'oreille gauche.

 

Des numéros d'ordre alphanumériques de 4 caractères maximum sont réservés pour les nains (sauf Nains

Béliers).

 


 

Le tatouage par Roger FRANCQUEVILLE,

  Président d’honneur du CFELFB

 article d'avril 1982

Il est désormais obligatoire pour tous les lapins nés postérieurement au 1er janvier 1982.

 

            Le tatouage est le plus sûr moyen d’identification des lapins. Il présente des avantages indéniables par rapport à la bague et à la barrette d’oreille.

 

            Un tatouage bien fait permet une lecture facile et rapide. Il n’abîme pas l’oreille. Etant irremplaçable, il ne peut donner lieu à des fraudes. Il est indélébile : un animal tatoué l’est pour sa vie.

            Mais on ne tatoue pas n’importe quand – n’importe comment – ni n’importe quoi !

 

            Pour éviter des erreurs de familles, pour permettre au sélectionneur de suivre la descendance de ses reproducteurs avec exactitude – et aussi pour faciliter le travail – il est particulièrement recommandé de tatouer jeune, lorsque les lapereaux sont encore avec leur mère, ou à la limite le jour même du sevrage. Cette opération pratiquée ainsi précocement présente en outre l’avantage de voir les signes grandir par la suite avec l’age du lapin, au fur et à mesure de l’accroissement de ses oreilles.

 

            Comment procéder ? Dites-vous bien, si vous êtes débutants en la matière, que vos premiers essais risquent d’être plus ou moins ratés, que c’est l’habitude des gestes qui vous amènera à un bon résultat, que c’est votre expérience personnelle et vos propres observations qui vous conduirons à corriger vos erreurs initiales et à acquérir le tour de main adéquat. Prenez donc la précaution de vous exercer d’abord sur quelques sujets de deuxième choix.

           

On peut tatouer seul, mais je pense qu’il vaut mieux être deux : l’un maintient l’animal sur la table pendant que l’autre opère. Vous pouvez aussi vous fabriquer une caisse de contention en bois, aux dimensions si possible réglables, comportant dans son couvercle une ou deux ouvertures pour le passage des oreilles. Cette boîte à tatouer enferme et immobilise le lapin pendant l’opération et permet d’effectuer le travail seul.

           

Préparez les caractères sur la pince, des caractères propres, préalablement nettoyés au besoin avec une brosse et de l’alcool à brûler, pour éliminer toute trace d’encre séchée. Vérifiez le numéro ainsi composé soit par lecture directe, soit en essayant sur une feuille de papier.

 

Le tatouage de l’oreille gauche étant le même pour tous les sujets nés le même mois de la même année, tatouez donc en suivant tous les lapereaux de la même nichée, ou nés pendant le même mois, à l’oreille gauche, sans changer les caractères ; cela facilitera et abrégera votre travail.

 

  Vous représenterez ensuite tous les lapereaux un par un pour tatouer leur oreille droite. Pour celle-ci, vous devrez nécessairement changer à chaque fois un ou deux caractères, puisque les lettres et les chiffres du certificat d’identification sont évidemment différents d’un animal à l’autre.

 

Passez un tampon d’ouate imbibé d’alcool – ou mieux d’éther, qui séchera plus vite – pour dégraisser l’intérieur de l’oreille.

 

Choisissez une place favorable, à peu près au centre de l’oreille, pour ne pas tomber dans les petits poils de la bordure, mais évitez les veines les plus importantes (on peut les voir nettement par transparence). Sur cet emplacement, vous pouvez déjà étendre une fine couche d’encre.

 

Maintenez d’une main l’oreille bien ouverte, de l’autre empoignez votre pince, les caractères dirigés bien sûr vers la face interne de l’oreille, pressez rapidement, mais fermement, pour que les aiguilles pénètrent bien dans le cartilage (il est inutile de percer l’oreille de part en part !). Relâchez aussitôt et dégagez l’oreille en retirant la pince.

 

Avec un applicateur ou un pinceau, enduisez d’encre l’emplacement piqué. Utilisez pour cela une encre ou une pâte spécial pour tatouage, en général aseptique, ou, à défaut, de l’encre de chine.

 

Massez alors soigneusement l’oreille entre le pouce et l’index, en appuyant fermement et avec insistance, pour bien faire pénétrer l’encre dans les perforations. Vous allez certes vous salir les doigts (vous pourrez les nettoyer ensuite avec de l’alcool) et enduire d’encre une grande surface à l’intérieur de l’oreille. Mais ce massage vigoureux est absolument indispensable pour réussir un bon tatouage, bien lisible.

 

Si vous avez percé un vaisseau sanguin, attendez que le sang ait fini de couler et faites une nouvelle application d’encre et un nouveau massage, car le sang aura entraîné la première d’encre.

 

Laissez surtout l’oreille telle quelle, avec sa couche d’encre ; ne nettoyez pas les abords du tatouage. Au bout d’une douzaine de jours, l’encre en excédent sera partie d’elle-même, les pigments colorés seront bien incrustés sous la peau et le tatouage sera bien net.

 

La succession de toutes ces opérations prend assurément un certain temps. Vous pourrez peut-être, à l’usage, estimer que vous pouvez en supprimer une (par exemple l’application préalable d’encre) ; vous acquerrez au fil des séances une certaine dextérité et vous pourrez vous forger votre méthode personnelle. Mais, de toutes façons, il faut convenir que le tatouage des deux oreilles d’un lapin sera toujours plus long que le simple passage d’une bague à une patte qui était utilisé autrefois.

 

Reste le problème du prix d’achat de la pince à tatouer. C’est un fait : c’est cher ; un coffret contenant une pince de bonne qualité, deux séries de chiffres et un alphabet en plastique, ainsi qu’un applicateur d’encre, revient actuellement en 2007   à près de 80 euros. Le coffret avec lettres et chiffres en inox revient à 200 euros environs. Mais une bonne pince est pratiquement inusable.

 

Pour que le tatouage ait toute sa valeur, il doit

-           être lisible, réalisé avec beaucoup de sérieux et de rigueur,

-           être accompagné d’un document et d’un enregistrement.

 

Seul le tatouage officiel, correspondant au code établi par la Fédération Française de Cuniculiculture (FFC), est valable

 

 

Encre à tatouer de couleur noire ou bleue exclusivement.

 

Le document d’accompagnement, c’est le certificat d’identification, véritable carte d’identité du lapin, les certificats, édités par la FFC., sont délivrés par les clubs spécialisés et les sociétés d’aviculture, et répertoriés par les responsables de ces organismes. A chaque lapin correspond un certificat d’identification. Ce certificat porte un groupe de lettres et de chiffres qui seront reproduits dans l’oreille droite du lapin (voir ci-dessus). Il précise la race, le nom et l’adresse de l’éleveur. Il suivra le lapin en cas de changement de propriétaire.

 

Toutes les données du certificat seront reproduites sur le registre ou le cahier d’élevage du sélectionneur, lequel pourra y ajouter la destination du sujet et des observations. Cette identité unique du lapin permet de retrouver rapidement sa filiation, de suivre sa descendance, d’enregistrer les accouplements, de noter la production, les caractères de race et les caractères d’élevage. Cet enregistrement du tatouage, c’est la base de départ de tout travail sérieux de sélection.

 

Roger FRANCQUEVILLE      

Bulletin "Lapins & Lapereaux" N° 73 – avril 1982

 

                                                                 Où trouver le matériel de tatouage

Chez nos partenaires : couverture des Bulletins « lapins & Lapereaux »,

ou sur le site : rubrique divers puis liens

 

 

La méthode de Roland LEROUX pour tatouer

 

-           Petite boite en carton pour y mettre le lapin pendant le tatouage rassure le lapin.

-           Pas d’alcool ou éther sur l’oreille avant : rien comme désinfectant.

-           Pratique le tatouage seul : besoin de personne pour tenir le lapin grâce à la boite en carton.

-           Pas de fine couche d’encre avant de pincer : comme cela la pince reste propre.

-           Enfiler des gants en plastique pour se protéger les mains et sert à masser après l’encrage.

-           Utilise un applicateur d’encre noire à bille : avantage fait pénétrer l’encre dans les perforations.

-           Ne recouvre pas d’encre après le massage

-           Si un chiffre ou une lettre n’est pas bien réalisé une semaine plus tard : prendre une petite pointe et perforer les trous manquants puis recouvrir d’encre ces trous en massant.

-           Les chiffres et lettres en inox permettent de tatouer des lapins plus âgés que ceux en plastiques.


VACCINATIONS

MALADIES

SYMPTÔMES

VHD

(Maladie Hémorragique Virale)

La VHD peut frapper tout élevage cunicole. Mortalité anormale de 0.5 à 1 % par jour. Pas de signes extérieurs, parfois écoulement nasal sanguinolent, mortalité brutale

Vaccination indispensable tous les ans ou tous les 6 mois suivant le vaccin

en sous cutanée avec une seringue, pincez la peau sur le dos au dessus des pattes avant, aiguille dirigée vers la tête en vérifiant que l'aiguille ne ressorte pas à l'extérieur de la peau , ou avec l'appareil dans l'oreille.

MYXOMATOSE

Yeux enflés, purulents. Nodules roses, plats, sur les oreilles

Vaccination indispensable tous les 6 mois en sous cutanée ou avec l'appareil dans l'oreille.


Les oreilles du lapin

par Robert BECQUART

 

transmis par Jean-Marie CLAUDE Délégué Régional

 

La longueur des oreilles du lapin étant devenue un critère strict, mesuré au même titre que le poids, j’ai eu la curiosité de les mesurer pendant la croissance.

 

Mon arrière-pensée était de déterminer à quel âge elle devenait définitive, et s’il était possible de la prévoir à trois mois.

 

Les résultats ci-dessous ne concernent qu’une population de 25 individus « Fauve de Bourgogne », tous nés au premier trimestre. Aussi conviendrait-il de les comparer à d’autres statistiques, et de faire intervenir d’autres critères éventuels : race, souche, date de naissance…D’autre part, compte tenu du standard, les sujets de ma souche ont les oreilles plutôt courtes. Aucun n’est au maxi.

 

Il convient donc d’interpréter ces résultats avec prudence.

 

L’âge d’acquisition de la longueur définitive est repéré par la longueur en caractères gras.

 

Date ~ identification

3 mois

4 mois

5 mois

6 mois

sexe

 

 

 

 

 

 

10-01-94

102

107

110

110

F

 

101

107

110

110

F

F.EG620 X M. EG656

102

107

110

110

F

8 sevrés

107

112

114

114

M

 

100

105

110

110

M

 

 

 

 

 

 

11-02-94

105

113

113

115

F

 

105

113

113

113

M

F.EG650 X M. EG656

105

113

115

115

M

6 sevrés

105

112

115

115

M

 

105

110

110

110

M

 

 

 

 

 

 

12-02-94

105

110

113

113

F

 

105

112

115

115

M

F.EG659 X M.EG645

105

113

115

115

M

5 sevrés

110

115

118

118

M

 

105

110

113

113

M

 

 

 

 

 

 

20-03-94

115

120

123

123

F

 

110

114

114

114

F

F.EG620 X M.EG645

112

116

116

118

M

8 sevrés

112

117

117

117

M

 

110

113

113

113

M

 

111

116

117

117

M

 

 

 

 

 

 

31-03-94

112

118

118

118

F

 

115

120

120

120

F

F.EG650 X M.EG646

115

120

120

120

M

6 sevrés

116

120

120

120

M


  Abréviations utilisées dans les observations ci-dessous  :

                     L = longueur

                                                                 P = poids

                                                             EC = écart type

                                                             NB = nombre

 

1er observation  : âge à l’acquisition de la longueur définitive.

Pour 36 % la longueur est définitive à 4 mois

         92 %                                          à 5 mois

       100 %                                          à 6 mois

 

Conclusion : On peut considérer que la longueur définitive est atteinte à 5 mois, d’autant plus que pour ceux qui l’atteignent à 6 mois la croissance est alors minime (2 mm).

 

2e observation  : Longueurs moyennes.

           

à 3 mois : 108 mm (100 à 116). EC = 4,7

            définitive : 115 mm (110 à 123). EC = 3,6

 

Remarque : pour le Fauve de Bourgogne 110 < L < 130 mm, l’idéal étant 115 < L < 125 mm, la moyenne obtenue est toujours un peu courte.

 

3e observation  : Croissance entre longueur définitive et longueur à 3 mois.

 

-           croissance moyenne :          7 mm        EC = 2,2

-           croissance la plus faible :     3 mm

-           croissance la plus forte :    10 mm

Conclusion : Dans ce cas (Fauve de Bourgogne) on peut éliminer les sujets n’atteignant pas 105 mm à 3 mois.

 

4e observation  : Comparaison entre longueur définitive et longueur à 3 mois.

 

-           quand 110 < L définitive 115 (Nb = 16)

la longueur moyenne à 3 mois était 105 mm. EC = 2,7

 

-           quand 115 < L définitive   (Nb = 9)

la longueur moyenne à 3 mois était 113 mm. EC = 2,0

 

Conclusion : comme on pouvait le penser, la longueur à 3 mois préfigure la longueur définitive. Mais avec des variations : voir observation suivante.

 

5e observation  : Croissance de l’oreille en fonction du poids à 3 mois.

 

       2,000 < P à 3 mois 2,100 kg           (Nb = 3)           croissance = 9,0 mm        EC = 0,8

      

       2,100 < P à 3 mois 2,300 kg           (Nb = 7)           croissance = 8,4 mm        EC = 1,0

 

       2,300 < P à 3 mois 2,500 kg           (Nb = 8)           croissance = 7,9 mm        EC = 1,9

 

       2,500 < P à 3 mois 2,700 kg           (Nb = 5)           croissance = 4,6 mm        EC = 1,0

 

       2,700 < P à 3 mois                               (Nb = 2)           croissance = 4,5 mm        EC = 0,5

 

Conclusion : La croissance est plus courte pour les sujets les plus lourds. Mais ceux-ci ont déjà les oreilles d’une taille supérieure : voire observation suivante.

6e observation  : relation entre longueur à 3 mois et poids à 3 mois.

 

          L à 3 mois 105 mm        (Nb = 13)                 P moyen = 2,230 kg             EC = 0,13

105 < L à 3 mois 110 mm        (Nb = 4)                   P moyen = 2,330 kg             EC = 0,19

110 < L à 3 mois 115 mm        (Nb = 7)                   P moyen = 2,560 kg              EC = 0,12

115 < L à 3 mois                           (Nb = 1)                    P              = 2,910 kg

 

Conclusion : confirmation des résultats précédents.

 

7e observation  : relation entre longueur définitive et poids à 3 mois.

 

110 < L définitive 115 mm         (Nb= 16)                P moyen = 2,260 kg              EC = 0,16

115 < L définitive 120 mm         (Nb = 8)                 P moyen = 2,560 kg              EC = 0,22

120 < L définitive                            (Nb = 1                  P                = 2,500 kg            

 

Conclusion : Les sujets à croissance rapide ont globalement les oreilles les plus longues.

 

8e observation  : Longueur définitive en fonction de l’âge d’acquisition.

 

                - acquisition à 4 mois (Nb = 9) :           L définitive moyenne = 116 mm         EC = 3,5

 

                - acquisition à 5 mois (Nb = 14) :         L définitive moyenne = 114 mm         EC = 3,5

 

                - acquisition à 6 mois (Nb = 2) :            L définitive moyenne = 116,5 mm      EC = 1,5

 

Conclusion : Les résultats ne sont pas significatifs.

 

CONCLUSION GENERALE  :

       On peut considérer que la longueur définitive des oreilles  :

-           est atteinte à 5 mois

-           sera en moyenne 7 mm plus grande qu’à 3 mois (maximum 10 mm de plus

-           est plus grande pour les sujets les plus lourds à 3 mois.

 

Par ailleurs il semble bien que les plus beaux sujets à 3 mois aient toutes les chances d’être les meilleurs adultes.

 

 

Pour mesurer les oreilles, il faut utiliser un Chablon (Mesure-oreilles) . Disponible auprès de : Joseph LE GOFF Kervoreden, 29500 ERGUE GABERIC (Chèque établi à l'ordre de la FFC ).

On pose le chablon verticalement entre celles-ci qui doivent être portées verticalement et serrées l'une contre l'autre .  

 

 


LITIERE Biosuper

 

Biosuper Confort +

 

 

 

BIOSUPER    CONFORT+

 

 

Elevages concernés

 

Porcs sur béton, caillebotis, litières ou en plein air

Volailles

Lapins

Ruminants (Bovins, Ovins et Caprins)

Equidés

Chiens en chenil

  Caractéristiques physiques et matériel d'épandage

 

Poudre grise, fluide et traitée anti-envolement

S'épand à la main ou avec un épandeur adapté aux pulvérulents (type Vicon).

 

Composition

  Biosuper Confort + est une poudre d'hygiène universelle (ruminants, chevaux, volailles, porcs, lapins, chiens), minérale, à teneur optimisée en superphosphate de chaux (P<6%), spécialement traitée et enrichie d'adjuvants asséchants, fluidisants, aromatiques et anti-poussière.

  Conditionnement

  Présenté en sacs plastiques bleus de 25 kg, à ouverture facile (tirer simplement à la main sur la languette - disponible à compter de janvier 2004) et mis sur palettes de 1T250 (soit 50 sacs).

 

Mode d'emploi

Doses

 

Biosuper Confort + s'épand à la main ou à l'épandeur, quelque soit le type de bâtiment :

·                                  sur l'ancienne litière, avant l'apport de paille fraîche. Son effet constitue une première barrière efficace.